De l’Open data à l’Open research data : quelle(s) politique(s) pour les données de recherche?

Le mouvement du libre-accès aux publications scientifiques s’élargit de plus en plus aux données de la recherche. Des initiatives pour garantir l’accessibilité et la complète réutilisation de ces données sont prises par une grande diversité d’acteurs – États, agences de financement de la recherche, éditeurs, communautés scientifiques.

L’ouverture des données de la recherche est rendue possible par la définition de politiques incitatives ou contraignantes, l’adoption de solutions juridiques et techniques, mais repose avant tout sur de bonnes pratiques de gestion des données. Tandis que la France s’insère progressivement dans la dynamique de l’Open research data, les universités sont appelées à définir leur politique de données.

Les bibliothécaires ont un rôle majeur à jouer dans l’élaboration de ces politiques, peuvent contribuer à identifier les besoins des chercheurs et les assister sur le volet « métadonnées ». Aussi, la question de l’ouverture des données de recherche offre une opportunité unique à ces professionnels de la documentation : celle de remodeler, à l’échelle des établissements de recherche, leur(s) lien(s) avec la communauté des chercheurs.”

URL : De l’Open Data à l’Open research data

URL alternative : http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/notices/64131-de-l-open-data-a-l-open-research-data-quelles-politiques-pour-les-donnees-de-recherche

L’espace documentaire en restructuration : l’évolution des services des bibliothèques universitaires

Auteur/Author : Philippe Bourdenet

Le catalogue occupe une place privilégiée dans l’offre de service des bibliothèques universitaires, pivot de l’intermédiation. Depuis 10 ans, il traverse une crise grave, voyant les usagers le délaisser à la faveur des moteurs de recherche généralistes.

Le web, plus qu’un sérieux concurrent, devance aujourd’hui les systèmes d’information documentaires, et devient le point d’entrée principal pour la recherche d’information. Les bibliothèques tentent de structurer un espace documentaire qui soit habité par les usagers, au sein duquel se développe l’offre de service, mais celle-ci se présente encore comme une série de silos inertes, sans grande possibilité de navigation, malgré de considérables efforts d’ingénierie et des pistes d’évolution vers les outils de découverte.

La profession, consciente de cette crise profonde, après avoir accusé les remous occasionnés par la dimension disruptive du numérique, cherche des moyens pour adapter et diversifier son offre, fluidifier la diffusion de l’information, et se réinvente un rôle d’intermédiation en cherchant à tirer profit des nouvelles pratiques des usagers, de leurs nouvelles attentes, et de nouvelles perspectives.

Les bibliothèques placent leur espoir dans de nouveaux modèles de données, tentent d’y ajouter un niveau d’abstraction favorisant les liaisons avec l’univers de la connaissance. L’évolution vers le web sémantique semble une opportunité à saisir pour valoriser les collections et les rendre exploitables dans un autre contexte, au prix d’importants efforts que cette analyse tente de mesurer.

Une approche constructiviste fondée sur l’observation participante et le recueil de données offre une vision issue de l’intérieur de la communauté des bibliothèques sur l’évolution des catalogues et des outils d’intermédiation, et ouvre des perspectives sur leurs enjeux.”

URL : http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00932683

Ouverture des données publiques – Les exceptions au principe de gratuité sont-elles toutes légitimes ?

Lors du premier Comité interministériel pour la modernisation de l’action publique (CIMAP), organisé le 18 décembre 2012, le Gouvernement a réaffirmé « le principe de gratuité de la réutilisation des données publiques » (la demande d’une redevance étant l’exception) et a souhaité « l’étendre, en concertation, aux collectivités, aux délégataires de service public, à la sphère sociale et aux autorités administratives indépendantes».

Il a décidé de « confier au SGMAP, en lien avec le ministère du budget, la mission d’évaluer les modèles économiques des redevances existantes, notamment en auditant les coûts et les recettes associés ».

M. Trojette, à qui a été confiée cette mission, recense 27 catégories de données soumises à redevances. Il constate que celles-ci produisent des revenus décroissants (35 millions d’euros en 2012, -33% par rapport à 2010) et que 90% de ces revenus se concentrent sur dix jeux de données, généralement vendus par des opérateurs dédiés à la production de données.

Le rapport apporte également des éclaircissements sur le cadre juridique applicable aux différentes formes de redevances. Il analyse également les raisons qui devraient conduire, à moyen terme, à l’extinction des modèles économiques fondés sur la vente de données brutes.”

URL : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/134000739-ouverture-des-donnees-publiques-les-exceptions-au-principe-de-gratuite-sont-elles

Sites de dépôt en libre accès et formes de médiations : quelles évolutions ?

Authors/Auteurs : Camille Prime-Claverie,  Annaïg Mahé

Cette communication a pour ambition d’étudier les différentes formes de médiations mises en place autour des archives ouvertes en se centrant plus particulièrement sur le processus de dépôt des articles.

Elle présente les résultats d’une étude quantitative réalisée à partir du corpus HAL pour la thématique des sciences de la vie sur une période de dix ans. Elle est fondée sur un modèle théorique exposant trois formes de médiation différenciées selon les acteurs concernés par le dépôt.

L’objectif de cette recherche est de déterminer dans quelles proportions les logiques mises en œuvre dans ce corpus se rapprochent ou s’éloignent du modèle théorique proposé.

URL : http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00866225

Tweets & science

Le temps passé sur les réseaux sociaux augmente régulièrement (en 2012, 18% du temps online). Si le temps moyen des visites sur Twitter est encore faible (21min/mois) au regard de facebook (6, 75h/mois) ou plus généralement du web, il faut observer une croissance de l’ordre de 300% de l’usage de Twitter et des pratiques croisées de plus en plus fréquentes avec des médias plus anciens comme la télévision.

Avec ces pratiques ” généralistes “, des pratiques professionnelles se dessinent…. C’est dans ce cadre des pratiques croisées généralistes et professionnelles que nous observons l’usage de Twitter dans le contexte de la publication scientifique.

URL : http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00829553/fr/

L’offre des archives ouvertes dans le monde arabe : recensement et évaluation

Cette étude dresse un état des archives ouvertes dans le monde arabe et leurs spécificités à partir d’une grille d’analyse inspirée des travaux similaires dans le monde occidental. Ce qui ressort de cette étude, c’est que l’offre des archives ouvertes arabes est très faible et l’implication des chercheurs arabes dans le dépôt dans ces archives reste limitée.

D’autant plus, le fonds de certaines archives a plus une vocation de bibliothèque numérique que d’archive ouverte. De ce fait, il serait intéressant d’améliorer la qualité et la quantité de ces archives pour contribuer à l’évolution de la recherche scientifique dans le monde arabe et à une meilleure visibilité des chercheurs et des institutions de recherche arabes.

URL : http://eprints.rclis.org/19050/