Penser local. Développer une politique de données sur un campus SHS

Auteur/Author : Joachim Schöpfel

Dans le cadre du Plan national pour la science ouverte, la structuration et le partage des données de recherche font désormais partie des priorités de la politique scientifique de la France.

Chaque établissement et chaque organisme scientifique doit se doter d’une politique de la science ouverte et mettre en place un ensemble de services et dispositifs pour la gestion des données de la recherche.

A partir d’enquêtes sur le terrain, l’article propose une feuille de route pour la mise en œuvre d’une telle politique sur un campus universitaire en sciences humaines et sociales.

Dix principes indiquent des pistes pour la gouvernance et le pilotage de cette politique, pour déterminer les priorités de développement et d’investissements, et pour faire le lien avec les infrastructures de recherche, dont notamment Huma-Num.

Il s’agit d’une démarche bottom-up, qui met l’accent sur les pratiques et besoins des chercheurs et qui place les chercheurs au cœur d’une politique institutionnelle dans le domaine des données de recherche.

URL : https://www.openscience.fr/Penser-local

Publications numériques scientifiques universitaires internationales : Disruption, quels acteurs,quels projets ?

Auteur/Author : Appoline Romanens

Les enseignants-chercheurs d’aujourd’hui se heurtent à des APC, ont besoin de logiciels de PAO, avec un DMP pour apparaître dans la base de données du DOAJ, ou espérer rentrer dans celle duWoS.

Tous ces termes nous semblent éloignés du jargon du Journal des Sçavans, première manifestation de la compilation des pensées de la recherche scientifique.

Pourtant ils sont le signe d’une évolution du médium qui porte l’article académique scientifique aujourd’hui, le web de données, dans lequel toute publication scientifique se doit d’être réticulée pour survivre au publish or perish.

Afin de comprendre ce nouveau jargon de la recherche scientifique, qui témoigne de profonds changements dans le rapport qu’entretient l’enseignant-chercheur, l’éditeur puis le lecteur par rapport au texte, ce mémoire explore la notion de disruption dans le processus de création, relecture et édition puis publication et diffusion d’un article.

Outre un développement basé sur les théories de l’économie du document et de l’article scientifique, ce mémoire apporte deux études de cas qui rendent compte du phénomène de disruption dans les publications scientifiques, et propose à partir de ce corpus une ouverture sur ses enjeux actuels et futurs.

URL : Publications numériques scientifiques universitaires internationales : Disruption, quels acteurs,quels projets ?

Original location : https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/notices/69398-publications-numeriques-scientifiques-universitaires-internationales-disruption-quels-acteurs-quels-projets

Les technologies d’édition numérique sont-elles des documents comme les autres ?

Auteur/Author : Antoine Fauchié

Les technologies d’édition numérique sont à l’origine des documents comme les articles ou les ouvrages, et elles constituent un exemple original d’objet nativement numérique.

Dynamiques, modulables, protéiformes, plusieurs exemples récents de technologies tendent à interroger leur statut. Si notre point de départ est la comparaison entre les documents et les technologies d’édition numérique, nous les dissocierons en soulignant la dimension réflexive de ces technologies.

Cet article présente trois exemples : Distill, une revue dont les articles sont gérés comme des programmes informatiques ; Quire, une chaîne de publication qui génère des livres multiformes ; Stylo, un éditeur de texte sémantique qui permet l’écriture dans un contexte d’édition scientifique.

Notre méthodologie consiste en l’analyse de ces trois systèmes de publication, emblématiques des transformations numériques à l’œuvre, basée sur trois critères (structure, inscription et réflexivité).

Ces trois initiatives rassemblent nombre des spécificités propres aux objets nativement numériques qui nous entourent désormais, alors que les technologies d’édition traditionnelles reposent principalement sur une chaîne d’impression.

URL : Les technologies d’édition numérique sont-elles des documents comme les autres ?

DOI : https://dx.doi.org/10.35562/balisages.321

Pour une approche info-documentaire mixte numérique/non-numérique

Auteur/Author : Chloé Girard

Nous proposons de revenir sur le présupposé selon lequel des « objets numériques instables » devraient ou pourraient être pensés ensemble en tant qu’« objets documentaires numériques ». D’une part, le flux, l’instabilité ne sont pas exclusifs au numérique.

La documentation des objets instables, êtres vivants comme logiciels, consiste en capture d’états et en descriptions de différentes natures. Ce caractère n’est donc pas un argument fort qui justifierait de séparer objets numériques et non numériques dans une approche info-documentaire.

D’autre part, si certaines opérations telles que la collecte ou la mise à disposition sont communes à certains objets parce que numériques, elles ne suffisent pas à les distinguer radicalement des objets dits « traditionnels ». Les problématiques se recoupent d’un « espace » à l’autre sans fracture nette.

Mais c’est sur le plan de la classification qu’il semble le moins pertinent de considérer ensemble différents objets sur la base de leur espace technique. Nous proposerons au contraire ici d’intégrer objets numériques et non-numériques dans une classification mixte.

Une telle approche implique, sur le plan de la classification info-documentaire, d’abandonner l’idée d’« objets numériques instables », et jusqu’à celle d’« objets numériques ».

URL : Pour une approche info-documentaire mixte numérique/non-numérique

DOI : https://dx.doi.org/10.35562/balisages.292

Autoréflexivité scientifique : mise en place de conditions productivistes dans la pratique de la publication scientifique

Auteur/Author : Alma Liliana Díaz-Martínez

Cet article analyse le rôle des publications dans un contexte marqué par la logique productiviste du système d’évaluation de la recherche scientifique au Mexique.

Il aborde la notion d’autoréflexivité critique à partir du concept de rationalité communicationnelle d’Habermas et étudie un corpus composé de chercheurs en sciences sociales membres du Système national de chercheurs (SNI) de l’Université nationale autonome du Mexique (Unam), en utilisant l’analyse du discours dans une perspective herméneutique.

Si les résultats confirment l’existence d’une autoréflexion critique de la part des chercheurs vis-à-vis de l’exigence institutionnelle de publication, ils montrent également à quel point cette norme a été intériorisée comme partie intégrante de la pratique scientifique.

URL : https://lesenjeux.univ-grenoble-alpes.fr/2019/dossier/06-autoreflexivite-scientifique-mise-en-place-de-conditions-productivistes-dans-la-pratique-de-la-publication-scientifique

JoVE ou l’avènement d’une nouvelle niche d’éditeurs médiatiques

Auteur/Author : Sarah Rakotoary

Le marché de l’édition scientifique a connu de nombreuses évolutions avec l’avènement du numérique, du Libre Accès et des nouveaux modèles de publication. Cet article aborde le cas de l’éditeur commercial JoVE (Journal of Visualized Experiments) à l’origine d’un nouveau modèle de publication d’articles scientifiques en Sciences de la Vie, fondé sur la vidéo.

Ces articles présentent des méthodes expérimentales développées par les auteurs et mises en média sur la plateforme de l’éditeur. À l’aide d’une méthodologie mixte, l’étude de cas exploratoire menée sur une année (entre 2018-2019), montre que JoVE représente une nouvelle niche pour la publication scientifique et devient un nouveau type d’acteur dans la sous-filière de l’édition scientifique.

Le succès de JoVE réside dans le fait qu’il permet aux chercheurs de développer des pratiques de publication qui laissent la place à de nouvelles formes d’écriture, faisant émerger l’article scientifique médiatique.

En outre, les articles vidéo circulent sur le Web (YouTube, Réseaux sociaux,…) et véhiculent de nouveaux objectifs (visibilité, ouverture, mise en média…) attendus par les chercheurs et leurs instances d’évaluation pour la reconnaissance de leurs expertises méthodologiques.

C’est autour de ce positionnement  que JoVE parvient à s’imposer dans le monde de l’édition scientifique en reconfiguration.

URL : https://lesenjeux.univ-grenoble-alpes.fr/2019/dossier/05-jove-ou-lavenement-dune-nouvelle-niche-dediteurs-mediatiques

Stratégies numériques de diffusion auprès des décideurs, des résultats des chercheurs en santé publique

Auteurs/Authors : Ilaria Montagni, Will Stahl-Timmins, Lise Monneraud, Tobias Kurth

L’élaboration de politiques fondées sur des données probantes est un phénomène de plus en plus répandu qui encourage les chercheurs et les décideurs à communiquer efficacement entre eux.

Les médias digitaux sont censés faciliter les échanges entre les deux acteurs, mais leur disponibilité et leur utilisation n’ont pas encore été examinées en détail.

Avec une approche interdisciplinaire, cet article vise à fournir une taxonomie des médias digitaux utilisés par les chercheurs et les décideurs pour partager leurs connaissances dans le domaine spécifique de la santé publique.

Dans le cadre de la digital health communication, nous décrivons le web classique, le web 2.0 ainsi que six autres médias digitaux (hypertexte, images, vidéos, audio, infographie et jeux) à disposition des chercheurs et des décideurs en santé.

Ensuite, nous discutons des risques et des possibilités liés à la vulgarisation scientifique en ligne pour l’élaboration des politiques de santé. Enfin, nous formulons des recommandations fondées sur la théorie et sur la pratique destinées aux chercheurs afin qu’ils diffusent au mieux les résultats de leurs recherches sur la santé aux décideurs via Internet.

URL : https://lesenjeux.univ-grenoble-alpes.fr/2019/dossier/02-strategies-numeriques-de-diffusion-aupres-des-decideurs-des-resultats-des-chercheurs-en-sante-publique