Echoes des publications scientifiques en SHS sur les réseaux sociaux. Le cas des contenus d’Open Édition sur Twitter.

Auteurs/Authors : Lucie Loubère, Fidelia Ibekwe-Sanjuan

Les réseaux sociaux en se diffusant sur l’intégralité de la société sont également entrés dans le monde de la recherche. Ces outils accélèrent la circulation de l’information, et pourraient atteindre une audience différente du circuit universitaire.

Parallèlement les plateformes de savoir ouvert se développent et rendent accessible à tout le monde le savoir scientifique. Notre étude se focalise sur l’étude des tweets émis entre 2013 et 2017 pointant vers un contenu d’OpenEdition. Nous avons analysé les réseaux de retweets ainsi que les contenus textuels des tweets par étude lexicométrique.

Les résultats tendent à montrer une conservation des pratiques institutionnelles avec un cloisonnement linguistique et disciplinaire tant dans les pratiques de retweets que dans les contenus textuels.

URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02307664

Une classification interdisciplinaire pour l’échange et la médiation des données ouvertes de la recherche

Authors : Marcin Trzmielewski, Claudio Gnoli

Cette réflexion propose une évaluation de l’Integrative Levels Classification (ILC) en vue d’organiser des données ouvertes de la recherche en sciences humaines et sociales. Elle s’appuie sur une analyse des propriétés de l’ILC par rapport aux pratiques, usages et contexte de partage et de médiation des données.

Les résultats obtenus sont satisfaisants et présentent l’ILC comme prometteuse pour la construction d’une science ouverte, dynamique et novatrice.

URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02307108

Produire, analyser et partager des données ouvertes en Humanités Numériques : quelques bonnes pratiques

Auteur/Author : Gérald Kembellec

La réponse à des problématiques scientifiques liées aux humanités passe par le traitement numérique de corpus. Les humanités numériques deviennent un sujet d’importance qui regroupe des savoirs et des méthodes issus de diverses disciplines comme l’informatique, les statistiques, la sociologie, la cartographie ou encore la linguistique.

Cet article, s’il est ancré dans les sciences de l’information et de la communication, convoque des méthodes périphériques et se propose comme un vade-mecum de la gestion des données des humanités : la qualification, la collecte, le traitement, l’enrichissement, la documentation et le partage des données des humanités.

Nous mettons ici en avant le concept de « courtoisie du FAIR data » en contexte scientifique : la valorisation des corpus, en particulier par le partage de jeux de données de qualité, documentés et accessibles physiquement et légalement exploitables. Nous insistons également sur l’éthique lors des étapes de traitement et d’exploitation des données de la recherche.

URL : https://halshs.archives-ouvertes.fr/ISKOFRANCE2019/hal-02306958

Services de gestion et de partage des données de recherche : ce qu’en pensent les chercheurs

Auteurs/Authors : Violaine Rebouillat, Ghislaine Chartron

En France, les professionnels de l’information scientifique et technique (IST) se positionnent sur le développement de services pour la gestion et la valorisation des données de recherche.

L’article interroge l’utilisation de ces services par les chercheurs. Il s’appuie sur 46 entretiens, réalisés auprès de chercheurs de l’Université de Strasbourg. Le catalogue Cat OPIDoR, référençant les services de données français, a servi de base d’étude pour l’enquête. Les résultats montrent que les services développés par les professionnels de l’IST correspondent pour une faible partie à ceux qu’utilisent les répondants.

Une des explications esquissées est qu’en matière de données les chercheurs sont davantage influencés par les recommandations des éditeurs que par celles des professionnels de l’IST.

URL : https://halshs.archives-ouvertes.fr/ISKOFRANCE2019/hal-02307085

Les désaccords éditoriaux dans Wikipédia comme tensions entre régimes épistémiques

Auteurs/Authors : Guillaume Carbou, Gilles Sahut

Malgré son architecture normative élaborée, Wikipédia est le lieu de désaccords récurrents entre contributeurs.

Les auteurs montrent, à partir de l’analyse argumentative d’un corpus des pages de discussion d’articles suscitant de forts débats (OGM, 11 septembre, etc.), que ces désaccords sont en partie sous-tendus par l’existence de « régimes épistémiques » concurrents sur Wikipédia.

Ces régimes épistémiques (encyclopédiste, scientifique, scientiste, wiki, critique et doxique) correspondent à autant de conceptions divergentes du « valide » et des modalités pour y aboutir.

URL : https://journals.openedition.org/communication/10788

Repenser les chaînes de publication par l’intégration des pratiques du développement logiciel

Auteurs/Authors : Antoine Fauchié, Thomas Parisot

La rencontre des univers du livre et du développement logiciel est à l’œuvre dans plusieurs expérimentations de chaînes éditoriales, faisant apparaître de nouvelles approches et de nouvelles pratiques de design.

Les étapes du processus d’édition sont réévaluées, repensées, re-conçues, notamment par l’avènement d’un environnement profondément numérique. Quelles sont les influences des méthodes et des outils du développement web sur les chaînes de publication des livres ?

Nous nous focaliserons ici sur quatre aspects : la modularité des étapes et outils d’édition, l’ouverture des formats, la réduction de la distance entre le contenu et ses usages et l’économie acquise qui concerne principalement l’humain.

Cet article constitue un bref panorama des efforts nécessaires pour envisager une évolution des chaînes d’édition, en sollicitant les pensées d’Ivan Illich et de Gilbert Simondon.

Nous interrogerons des systèmes innovants inspirés de l’agilité chère au monde du développement logiciel.

URL : https://antoinentl.gitlab.io/readme.book/

Bibliothèques universitaires et intégrité scientifique : quels apports, quelles limites ?

Auteur/Author : Mélissa Defond

L’intégrité scientifique est au coeur de la validité et de la qualité des productions scientifiques. Il s’agit d’un enjeu majeur du monde de la recherche, et un nombre croissant de dispositifs sont en place dans les universités françaises pour répondre aux défis qu’il pose.

Quelle est la place des bibliothèques universitaires dans ce monde de l’intégrité, qui semble si lié aux opérateurs de la recherche ? Que peuvent-elles apporter à la question de l’intégrité scientifique, et quelles sont les limites de leur intervention ?

Nous sommes actuellement à un moment crucial, avec de nombreuses occasions à saisir pour les bibliothèques universitaires afin de se faire une place dans une culture de l’intégrité.

URL : Bibliothèques universitaires et intégrité scientifique : quels apports, quelles limites ?

Alternative location : https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/notices/68906-bibliotheques-universitaires-et-integrite-scientifique-quels-apports-quelles-limites