Les Sciences Humaines et Sociales, moteurs de l’accès ouvert : la preuve par Cybergeo

Auteurs/Authors : Christine Kosmopoulos, Denise Pumain

En mai 2016 Cybergeo : Revue européenne de géographie fêtait à l’Auditorium Marie Curie (CNRS, Paris) ses 20 années d’existence. Première revue nativement numérique en sciences sociales, Cybergeo s’inscrit en pionnière de la diffusion scientifique en libre accès.

Forte de ses 20 ans d’expérience, elle apporte la preuve qu’un modèle alternatif de diffusion de l’information scientifique est possible, ouvert et contrôlé par la communauté scientifique mondiale. Elle témoigne également du très fort impact de l’accès ouvert en sciences lorsqu’il s’accompagne d’une attention soutenue à l’innovation.

URL : https://journals.openedition.org/cybergeo/29209

Vers une culture de la donnée en SHS : Une étude à l’Université de Lille

Auteur/Author : Joachim Schöpfel

La science ouverte figure parmi les priorités de l’Etat français. Dans la continuité des chantiers engagés par le gouvernement français sur la transformation numérique de l’Etat et sa modernisation, le deuxième plan d’action national 2018-2020 « Pour une action publique transparente et collaborative » précise que la France « soutient la mise en œuvre des principes du gouvernement ouvert pour renforcer (…) l’accès aux matériaux et résultats de la recherche ».

Le plan national pour la science ouverte, présenté début juillet 2018, a confirmé cette ambition. L’objectif est que les données produites par la recherche publique soient progressivement structurées en conformité avec les principes FAIR, préservées et, quand cela est possible, ouvertes.

Notre étude « Vers une culture de la donnée en SHS » souhaite contribuer à la mise en œuvre de l’écosystème de la science ouverte sur le terrain d’un campus universitaire.

L’étude a été réalisée dans le cadre du projet structurant D4Humanities, avec un financement de la MESHS et du Conseil Régional Hauts-de-France, et elle fait suite à des travaux de recherche menés depuis 2013 par le laboratoire GERiiCO.

Conduite sous forme d’entretiens avec 51 chercheurs, doctorants, responsables de laboratoires, chefs de projets et ingénieurs en charge de données, l’étude poursuit trois objectifs :

  1. (Re)Mettre les enseignants-chercheurs au cœur de la mise en œuvre de l’écosystème de la science ouverte sur le campus, avec leurs besoins, priorités et interrogations.
  2. Identifier des opportunités et verrous pour une politique de données.
  3. Recommander dix actions à mettre en place pour développer la culture de données sur le campus.

Menée comme un audit sur un terrain particulier et dans le domaine des sciences humaines et sociales, l’étude a une portée pragmatique: dégager les éléments indispensables pour une politique cohérente de la production, gestion et réutilisation des données de la recherche sur un campus en sciences humaines et sociales, et contribuer ainsi à l’appropriation du concept de la science ouverte par une « mise en culture de la donnée, qui effectue une mise en sens d’usages disséminés et spécialisés de données ouvertes ».

Une première partie (« Constats préalables ») s’appuie sur deux études (Rennes 2, Lille 3) pour mieux cerner le concept de la donnée de recherche et son caractère de « longue traîne » ; cette partie synthétise les pratiques, motivations et attentes des enseignants-chercheurs dans ce domaine, en SHS.

Elle aborde également d’une manière générale la question des services et dispositifs de données. Une deuxième partie (« Observations ») décrit un paysage contrasté à partir des entretiens menés en 2017 et 2018 sur le campus SHS de l’Université de Lille.

Les besoins prioritaires des chercheurs sont la sécurité des données et systèmes, et la communication au sein des projets. L’image qui se dégage est un continuum de pratiques plus ou moins efficaces, formalisées et adéquates, avec une gouvernance parfois incertaine, au niveau des projets aussi bien qu’au niveau des structures.

Ces pratiques sont liées aux communautés disciplinaires mais plus encore, aux méthodes, équipements et thématiques scientifiques. La troisième partie (« Vers une culture de la donnée ») liste d’une manière succincte dix recommandations qui, ensemble, définissent un cadre de référence pour la mise en œuvre d’une politique de données sur un campus SHS :

  1. Mettre en place un pilotage scientifique
  2. Investir d’une manière ciblée
  3. Viser les projets, pas les laboratoires
  4. Utiliser les plans de gestion comme levier
  5. Apporter des réponses aux contraintes de sécurité
  6. Apporter des réponses aux besoins de communication
  7. Apporter des réponses aux besoins de curation
  8. Proposer plusieurs solutions pour la conservation des données
  9. Institutionnaliser le lien avec la TGIR Huma-Num
  10. Soutenir les bonnes pratiques

URL : Vers une culture de la donnée en SHS : Une étude à l’Université de Lille

Alternative location : https://hal.archives-ouvertes.fr/GERIICO/hal-01846849v1

Les classements à l’international des revues en SHS

Auteurs/Authors : David Pontille, Didier Torny

Bien que plusieurs classements de revues aient été élaborés dès les années 1970, le caractère inédit de ceux qui ont émergé au cours des années 2000 réside dans leur statut d’instrument de politique publique. C’est le cas de l’Australie, du Brésil, de la France, de la Flandre, de la Norvège, et des Pays-Bas où cette technologie d’évaluation est en vigueur pour certains domaines – notamment en sciences humaines et sociales (SHS).

Dans cet article, nous analysons les modes d’existence de cette technologie d’évaluation spécifique. Bien que la formule générique du « classement de revues » se propage au plan international , différentes versions se développent parallèlement : leurs modalités de production, les valeurs défendues par leurs promoteurs et leurs usagers, aussi bien que leurs formes concrètes sont extrêmement variées.

Nous montrons que l’espace de variations des classements de revues en SHS est toujours bordé par deux options : favoriser une « bonne recherche » qui, sous l’effet d’avantages cumulatifs, risque de conduire à une science (hyper)normale soutenant des dispositions de conformité sociale chez les chercheurs ; encourager l’émergence des communautés minoritaires (linguistiques, disciplinaires, interdisciplinaires) et promouvoir la diversité des méthodes, théories et objets, au risque de mener à des formes de relativisme ou d’archipelisation de la recherche.

URL : https://hal-mines-paristech.archives-ouvertes.fr/hal-01256027

The Visibility of Open Access Monographs in a European Context: A Report Prepared by Knowledge Unlatched Research

Authors : Lucy Montgomery, Cameron Neylon, Alkim Ozaygen, Frances Pinter, Neil Saunders

This report explores the extent to which Open Access (OA) specialist scholarly books can be seen by the communities that might make use of them. It also identifies the key challenges that will need to be tackled in order to ensure that OA books are fully integrated into digital landscapes of scholarship; as well as the steps that need to be taken to achieve this goal.

The report focuses on Open Access books made available by publishers and platforms that are part of the OPERAS network, which is focused on the development of European research infrastructure for the development of open scholarly communication.

Specialist scholarly books are the core research output of the Humanities and Social Sciences. Ensuring that they are integrated into digital landscapes of scholarship will play a decisive role in the future of these disciplines, and their impact on the world. Identifying gaps in existing infrastructure and creating a roadmap to address them is vital groundwork.

This report forms part of the OPERAS-D project, which focuses on the development of a European e-infrastructure for open access publications in the Humanities and Social Sciences. Knowledge Unlatched Research is a core partner in the OPERAS-D project.

KU Research is an independent research and analysis group focusing on strategy and analytics that support the ecosystem of scholarly monographs.

DOI : https://hcommons.org/deposits/item/hc:18269

Les sources nativement numériques pour les sciences humaines et sociales

Auteur/Author : Camille Paloque-Berges

Cet article vient proposer une synthèse et une extension d’une journée d’étude prenant pour problématique les questions méthodologiques et épistémologiques associées aux sources numériques natives (SNN), c’est-à-dire produites originellement dans le contexte d’usage des outils et environnements numériques.

On s’attache d’abord à décrire le type de sources dont il s’agit du point de vue de leur matérialité, afin de les faire apparaître derrière le mille-feuille des artefacts informatiques. Données, code, documents, équipement : autant de niveaux allant du logiciel au matériel informatique dans lesquels s’inscrivent les gestes et mots du présent.

Ces sources sont ensuite considérées à travers le processus de mise en archive, censée leur donner une valeur patrimoniale stable – et soulevant les problématiques de l’originalité, de l’intégrité et de l’authenticité de ces sources.

Enfin, un échantillon de méthodologies associées à l’analyse des SNN est présenté à travers une observation à plusieurs échelles, avant de conclure ce tour d’horizon par les questionnements épistémologiques entraînés par la réflexivité du chercheur qui les manipule.

URL : https://www.cairn.info/revue-histoire-politique-2016-3-page-221.htm

Données de la recherche en SHS. Pratiques, représentations et attentes des chercheurs : une enquête à l’Université Rennes 2

Auteurs/Authors : Alexandre Serres, Marie-Laure Malingre, Morgane Mignon, Cécile Pierre, Didier Collet

Quels sont les types de données de recherche collectées, traitées et produites dans une université de lettres et sciences humaines et sociales ? Quelles sont les pratiques des chercheurs en SHS en matière de stockage, d’archivage, de diffusion, de partage de leurs données de recherche ?

Quelles sont leurs représentations et leurs définitions des données de recherche, leur position par rapport au libre accès ? Quels sont leurs besoins prioritaires en matière de gestion ou de partage des données de recherche ?

Comment perçoivent-ils le bon niveau d’une politique des données ? C’est pour répondre à toutes ces questions qu’une double enquête, statistique et qualitative, a été menée à l’Université Rennes 2 au printemps 2017, enquête portée par l’URFIST (Unité Régionale de Formation à l’Information Scientifique et Technique) de Rennes, la Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne et le Service Commun de Documentation Rennes 2, avec le soutien des instances de l’université.

Le rapport et ses annexes en présentent ici tous les résultats, avec un certain nombre de propositions pour une politique des données de recherche.

URL : Données de la recherche en SHS. Pratiques, représentations et attentes des chercheurs : une enquête à l’Université Rennes 2

Alternative location : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01635186

 

Unlocking the digital potential of scholarly monographs in 21st century research

Authors : Margo Bargheer, Zeki Mustafa Dogan, Wolfram Horstmann, Mike Mertens, Andrea Rapp

In the light of new digital production and dissemination practices, the scholarly publishing system has seen significant and also disruptive changes, especially in STM (science, technology and medicine) and with regard to the predominant format “journal article”.

The digital transformation also holds true for those disciplines that continue to rely on the scholarly monograph as a publication format and means for reputation building, namely the Humanities and the Social Sciences with a qualitative approach (HSS).

In our paper we analyse the reasons why the monograph has not yet reached its full potential in the digital paradigm, especially in the uptake of Open Access and innovative publishing options.

We highlight some of the principal underlying factors for this, and suggest how especially practices, now more widespread in HSS but arising from the Digital Humanities, could play a role in moving forward the rich digitality of the scholarly monograph.

URL  : Unlocking the digital potential of scholarly monographs in 21st century research

DOI : http://doi.org/10.18352/lq.10174