Réflexions documentaires et archivistiques sur les données d’opération archéologique et leur exploitation à l’échelle des territoires. Structuration des données numériques à l’Inrap Centre-Val de Loire

Auteurs/Authors : Emilie Trébuchet, Philippe Salé, Isabelle Gidelle

Le diagnostic archéologique produit une documentation scientifique croissante depuis 30 ans, comme en témoignent les rapports d’opération. Les archéologues la réutilisent de plus en plus systématiquement dans le cadre de projets de recherche ou de synthèses sur des territoires.

Cet article met en avant une proposition d’organisation des données numériques d’opération, élaborée à l’Inrap Centre-Val de Loire entre 2012 et 2017, dans une perspective de gestion, d’archivage et de mise à disposition facilités.

URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01853131

Les Sciences Humaines et Sociales, moteurs de l’accès ouvert : la preuve par Cybergeo

Auteurs/Authors : Christine Kosmopoulos, Denise Pumain

En mai 2016 Cybergeo : Revue européenne de géographie fêtait à l’Auditorium Marie Curie (CNRS, Paris) ses 20 années d’existence. Première revue nativement numérique en sciences sociales, Cybergeo s’inscrit en pionnière de la diffusion scientifique en libre accès.

Forte de ses 20 ans d’expérience, elle apporte la preuve qu’un modèle alternatif de diffusion de l’information scientifique est possible, ouvert et contrôlé par la communauté scientifique mondiale. Elle témoigne également du très fort impact de l’accès ouvert en sciences lorsqu’il s’accompagne d’une attention soutenue à l’innovation.

URL : https://journals.openedition.org/cybergeo/29209

Vers une culture de la donnée en SHS : Une étude à l’Université de Lille

Auteur/Author : Joachim Schöpfel

La science ouverte figure parmi les priorités de l’Etat français. Dans la continuité des chantiers engagés par le gouvernement français sur la transformation numérique de l’Etat et sa modernisation, le deuxième plan d’action national 2018-2020 « Pour une action publique transparente et collaborative » précise que la France « soutient la mise en œuvre des principes du gouvernement ouvert pour renforcer (…) l’accès aux matériaux et résultats de la recherche ».

Le plan national pour la science ouverte, présenté début juillet 2018, a confirmé cette ambition. L’objectif est que les données produites par la recherche publique soient progressivement structurées en conformité avec les principes FAIR, préservées et, quand cela est possible, ouvertes.

Notre étude « Vers une culture de la donnée en SHS » souhaite contribuer à la mise en œuvre de l’écosystème de la science ouverte sur le terrain d’un campus universitaire.

L’étude a été réalisée dans le cadre du projet structurant D4Humanities, avec un financement de la MESHS et du Conseil Régional Hauts-de-France, et elle fait suite à des travaux de recherche menés depuis 2013 par le laboratoire GERiiCO.

Conduite sous forme d’entretiens avec 51 chercheurs, doctorants, responsables de laboratoires, chefs de projets et ingénieurs en charge de données, l’étude poursuit trois objectifs :

  1. (Re)Mettre les enseignants-chercheurs au cœur de la mise en œuvre de l’écosystème de la science ouverte sur le campus, avec leurs besoins, priorités et interrogations.
  2. Identifier des opportunités et verrous pour une politique de données.
  3. Recommander dix actions à mettre en place pour développer la culture de données sur le campus.

Menée comme un audit sur un terrain particulier et dans le domaine des sciences humaines et sociales, l’étude a une portée pragmatique: dégager les éléments indispensables pour une politique cohérente de la production, gestion et réutilisation des données de la recherche sur un campus en sciences humaines et sociales, et contribuer ainsi à l’appropriation du concept de la science ouverte par une « mise en culture de la donnée, qui effectue une mise en sens d’usages disséminés et spécialisés de données ouvertes ».

Une première partie (« Constats préalables ») s’appuie sur deux études (Rennes 2, Lille 3) pour mieux cerner le concept de la donnée de recherche et son caractère de « longue traîne » ; cette partie synthétise les pratiques, motivations et attentes des enseignants-chercheurs dans ce domaine, en SHS.

Elle aborde également d’une manière générale la question des services et dispositifs de données. Une deuxième partie (« Observations ») décrit un paysage contrasté à partir des entretiens menés en 2017 et 2018 sur le campus SHS de l’Université de Lille.

Les besoins prioritaires des chercheurs sont la sécurité des données et systèmes, et la communication au sein des projets. L’image qui se dégage est un continuum de pratiques plus ou moins efficaces, formalisées et adéquates, avec une gouvernance parfois incertaine, au niveau des projets aussi bien qu’au niveau des structures.

Ces pratiques sont liées aux communautés disciplinaires mais plus encore, aux méthodes, équipements et thématiques scientifiques. La troisième partie (« Vers une culture de la donnée ») liste d’une manière succincte dix recommandations qui, ensemble, définissent un cadre de référence pour la mise en œuvre d’une politique de données sur un campus SHS :

  1. Mettre en place un pilotage scientifique
  2. Investir d’une manière ciblée
  3. Viser les projets, pas les laboratoires
  4. Utiliser les plans de gestion comme levier
  5. Apporter des réponses aux contraintes de sécurité
  6. Apporter des réponses aux besoins de communication
  7. Apporter des réponses aux besoins de curation
  8. Proposer plusieurs solutions pour la conservation des données
  9. Institutionnaliser le lien avec la TGIR Huma-Num
  10. Soutenir les bonnes pratiques

URL : Vers une culture de la donnée en SHS : Une étude à l’Université de Lille

Alternative location : https://hal.archives-ouvertes.fr/GERIICO/hal-01846849v1

Quelle place pour le prêt d’objets en bibliothèque ?

Auteur/Author : Justine Le Montagner

En France, les bibliothèques, territoriales comme universitaires, sont de plus en plus nombreuses à proposer des services de prêt d’objets, qui peuvent se définir, en opposition aux livres et aux documents audio-visuels, par leur valeur d’usage.

Ces services innovants, encore souvent expérimentaux, interrogent l’identité d’une institution en crise, et participent à la définition de la bibliothèque comme un lieu de vie et de création.

En légitimant le prêt d’objets qui favorisent l’accès des citoyens à des pratiques et à des savoirs et savoir-faire, la bibliothèque fait évoluer son image et poursuit des enjeux sociétaux, renforçant ainsi sa place au sein d’une communauté.

URL : Quelle place pour le prêt d’objets en bibliothèque ?

Alternative location : http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/notices/68274-quelle-place-pour-le-pret-d-objets-en-bibliotheque

Dessiner les acteurs en humanités numériques : La recherche en dialogue

Auteur/Author : Marie-Laure Massot

Le numérique, environnement technologique des ordinateurs et du réseau, a transformé les méthodes de travail et la publication des résultats scientifiques dans le domaine des sciences humaines et sociales (SHS).

Dans ce contexte, le rôle de l’ingénieur(e) SHS est en pleine mutation, à la charnière des humanités et du numérique, voire du design. En pleine transformation des savoirs et des métiers, les profils de soutien à la recherche sont en effet brouillés, ont perdu leurs frontières disciplinaires et cherchent à se redéfinir, à se réinventer.

Quels sont les acteurs impliqués dans des projets relevant du champ de humanités numériques ? Quel est le rôle de l’ingénieur SHS dans ce paysage en devenir ? Quelles compétences doit-il acquérir pour faire face au défi du numérique ? Quel pourrait être le profil type d’un ingénieur en « Humanités numériques » ?

Quelques pistes de réflexion issues du travail effectué dans le cadre de l’Atelier Digit_Hum « Humanités numériques et valorisation de corpus », axe transversal du CAPHÉS qui soutient scientifiquement et techniquement des projets d’éditions numériques portés par des équipes de l’École normale supérieure et organise des journées annuelles d’étude sur les humanités numériques en collaboration avec le labex TransferS. Parcours illustré par Saint-Oma qui dessine les acteurs de ce nouveau type de projets interdisciplinaires.

URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01794185

Méta-usages du numérique chez le manager : Nouveaux enjeux pour les formations dans l’enseignement supérieur

Auteur : Bertrand Mocquet, Soufiane Rouissi

Convaincus du rôle des universités dans le développement futur des organisations, nous porterons notre regard dans cet article sur les nouveaux enjeux de formation dans l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR) pour prendre en compte la transformation numérique qui s’opère dans la société.

Nous constatons deux mouvements combinés sur les usages du numérique dans les organisations publiques ou privées : l’aisance des usagers des services numériques des organisations et l’apparition de nouveaux managers qui disposent de compétences qui témoignent d’usages personnels et avérés du numérique.

Dans un contexte de transformation numérique, nous nous interrogerons sur les nouvelles compétences dont doivent disposer les managers pour permettre à leur organisation de réussir ce changement.

En nous appuyant sur les travaux de Serge Proulx autour des usages du numérique, nous établirons une proposition de concept, celui de méta-usage du numérique. Notre recherche prend également appui sur une enquête auprès de managers à partir d’un échantillon de type volontaire et nous tenterons de démontrer qu’il est possible de construire de nouvelles formations à partir de l’énoncé de ce concept.

URL : http://journals.openedition.org/terminal/1644

 

Données de la recherche en SHS. Pratiques, représentations et attentes des chercheurs : une enquête à l’Université Rennes 2

Auteurs/Authors : Alexandre Serres, Marie-Laure Malingre, Morgane Mignon, Cécile Pierre, Didier Collet

Quels sont les types de données de recherche collectées, traitées et produites dans une université de lettres et sciences humaines et sociales ? Quelles sont les pratiques des chercheurs en SHS en matière de stockage, d’archivage, de diffusion, de partage de leurs données de recherche ?

Quelles sont leurs représentations et leurs définitions des données de recherche, leur position par rapport au libre accès ? Quels sont leurs besoins prioritaires en matière de gestion ou de partage des données de recherche ?

Comment perçoivent-ils le bon niveau d’une politique des données ? C’est pour répondre à toutes ces questions qu’une double enquête, statistique et qualitative, a été menée à l’Université Rennes 2 au printemps 2017, enquête portée par l’URFIST (Unité Régionale de Formation à l’Information Scientifique et Technique) de Rennes, la Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne et le Service Commun de Documentation Rennes 2, avec le soutien des instances de l’université.

Le rapport et ses annexes en présentent ici tous les résultats, avec un certain nombre de propositions pour une politique des données de recherche.

URL : Données de la recherche en SHS. Pratiques, représentations et attentes des chercheurs : une enquête à l’Université Rennes 2

Alternative location : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01635186