Main basse sur la science publique : Le «coût de génie» de l’édition scientifique privée

Imaginez un monde où les chercheurs des établissements publics de recherche et des universités seraient rétribués individuellement en fonction de leur contribution au chiffre d’affaire d’un oligopole de grands groupes privés, et où les moyens humains et financiers affectés à leurs recherches en dépendraient.

Projet d’un think-tank ultra-libéral, voire science-fiction pensez-vous ?… ou alors cas particulier de quelques fraudes liées à l’industrie du médicament ? Non, non, regardez bien autour de vous, c’est déjà le cas, dans l’ensemble du monde scientifique (sciences de la nature, médicales, agronomiques…), et ce à l’insu de la grande majorité des gens, et de trop de chercheurs ! Mais une prise de conscience est en train de s’opérer et une bataille s’engage sur tous les continents. »

URL : http://www.inra.cgt.fr/actions/revendications/Main_basse_sur_la_Science.pdf

Une réflexion sur « Main basse sur la science publique : Le «coût de génie» de l’édition scientifique privée »

Les commentaires sont fermés.