Enquête Archives Ouvertes COUPERIN 2017 : résultats de l’enquête

Auteurs/Authors : Emmanuelle Ashta, Louise Béraud, Christelle Caillet, Mathilde Gallet, Marine Laffont, Diane Le Henaff, Léa Maubon, Christine Okret, Nicolas Pinet, Anne Slomovici, Sandrine Girod

Les archives ouvertes s’inscrivent de plus en plus solidement et durablement dans le paysage documentaire de l’enseignement supérieur. Si les organismes de recherche ont été précurseurs pour la création d’archives ouvertes, les grandes écoles, mais surtout les universités ont désormais massivement rejoint le mouvement.

Signe de cette progression notable, 82 % des répondants disposent en 2017 d’une archive en production ou en cours de mise en œuvre, contre 62 % en 2014. L’adoption majoritaire de la plate-forme HAL (qui représente 79 % des archives en production et 84 % des archives des universités parmi les répondants) se renforce encore depuis 2014.

La structuration d’un réseau des utilisateurs de HAL au sein du club utilisateur CasuHal, même si elle est relativement récente (septembre 2016), semble portée par une vraie dynamique puisque 68 % des établissements ayant une archive ouverte adhèrent ou projettent d’y adhérer.

L’intégration des archives ouvertes à leur environnement technique progresse globalement mais toujours partiellement depuis 2014. L’intégration aux sites web institutionnels ainsi qu’aux catalogues de bibliothèques est désormais majoritairement effective, mais elle reste insuffisante vers les systèmes d’information des établissements, ENT, SI Recherche et outils de gestion RH.

La place des archives ouvertes dans le contexte global d’un marché de la publication scientifique en plein questionnement (conflits ouverts avec les éditeurs, généralisation du Gold Open Access, questionnements autour de nouveaux modèles possibles de publication et d’évaluation, Open Science) progresse depuis 2014 mais semble encore insuffisamment prise en compte par les établissements porteurs, seule une petite majorité d’entre eux (53 %, contre 30,6 % en 2014) ayant inscrit en 2017 leur Archive Ouverte dans une politique globale d’établissement.

D’où des freins récurrents au développement des projets, que l’on observe d’une part via des politiques de dépôt encore majoritairement, et notamment pour les universités, peu contraignantes et peu efficaces, mais aussi par la constance des obstacles identifiés pour la réussite des projets qui restent les mêmes depuis 10 ans : manque d’implication politique, communication institutionnelle insuffisante, faiblesse des moyens humains dédiés mais surtout et structurellement une trop faible implication des chercheurs dans la démarche.

Resserrer toujours plus les liens entre les acteurs les plus actifs du développement des archives ouvertes que sont les bibliothèques et services de documentation (72 % des répondants 2017 ne travaillent qu’en bibliothèque) et les organes scientifiques, politiques et décisionnels des établissements semble donc plus que jamais de mise pour que ce mouvement se pérennise et continue durablement de croître.

URL : https://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_01858348

Qui dépose quoi sur Hal-SHS ? Pratiques de dépôts en libre accès en sciences humaines et sociales

Auteurs/Authors : Annaïg Mahé, Camille Prime-Claverie

Hal-SHS est la partie de la plateforme française HAL pour les sciences humaines et sociales où la production scientifique des chercheurs peut être rendue visible par le dépôt de notices de documents, et éventuellement librement accessible par le dépôt de fichiers associés.

Afin de comprendre qui dépose quoi, nous avons moissonné un corpus de 336 160 enregistrements à partir de l’entrepôt OAI de Hal-SHS correspondant aux notices déposées sur la plateforme depuis ses débuts, en 2002, jusqu’à 2016 inclus.

Les analyses statistiques effectuées sur ces données nous ont permis d’observer une forte implication des chercheurs dans l’auto-archivage et des différences disciplinaires qui se traduisent par des logiques de dépôts contrastées (communication scientifique directe, archivage, recensement et référencement).

Au final, l’étude fait apparaître que la plateforme est davantage utilisée en tant qu’outil de mise en visibilité de la production scientifique, avec le texte intégral comme une simple option, différemment appréciée selon les disciplines.

URL : https://rfsic.revues.org/3315

Les données de la recherche et leurs entrepôts, de la documentation à la réutilisation : étude de cas pour l’archive HAL

Auteur/Author : Marilou Pain

L’archive ouverte nationale et pluridisciplinaire HAL héberge aujourd’hui des données de la recherche ainsi que des données supplémentaires sous la forme d’annexes.

Afin de tenter de définir des orientations pour cette infrastructure, ce mémoire présente un état de l’art des différents acteurs et enjeux qui gravitent autour de la thématique des données de la recherche. Ensuite, il s’attache à décrire les différents services mis en œuvre par les entrepôts de données de la recherche ainsi que les défis auxquels ils doivent répondre.

Enfin, est proposée une étude exploratoire des données supplémentaires hébergées par HAL, qui cherche à identifier quelles communautés scientifiques utilisent ce service et sous quelles formes.

URL : Les données de la recherche et leurs entrepôts, de la documentation à la réutilisation : étude de cas pour l’archive HAL

Alternative location : https://memsic.ccsd.cnrs.fr/mem_01374509v1

Usages, pratiques et besoins des chercheurs concernant les serveurs d’archives ouvertes

Le Centre Commun de Documentation de Lille1 désire mettre en place un serveur d’archives ouvertes destiné aux chercheurs dans le but de leur permettre d’archiver de façon pérenne leurs documents scientifiques et techniques et cela en toute sérénité. Dans ce cadre-là, mon stage a consisté à réaliser une étude comparative et une recherche approfondie sur les sites d’archives ouvertes tels que HAL, OATAO, SPIRE et ORBI, et cela sous forme de rapport d’audit.

J’ai ainsi essayé de distinguer les différents services (exemple : service de dépôt, service de consultation…) mis en place par les sites d’archives ouvertes, la composition de ces services en terme d’éléments structurants (exemple : divers critères de consultation, …) mais je me suis aussi placée du côté des chercheurs pour essayer de comprendre leurs pratiques actuelles en matière de dépôt, de consultation et de recherche de documents. Enfin, par l’intermédiaire d’entretiens semi-directifs, j’ai voulu savoir quels étaient leurs réels besoins en terme de services, d’architecture du site, … mais aussi de connaître leur avis et leur perception du site qu’ils utilisent actuellement.

The Lille1 Library wishes to implement a open archives website for researchers in order to enable them to archive their scientific and technical documents in a lasting way. In that context, my internship was to conduct a comparative study and thorough search on Open Archives sites as HAL, OATAO, SPIRE and ORBI in a form of audit report.

I tried to distinguish the different services set up by theses websites, the composition of theses services in terms of structural elements but I also place on the side of researchers in order to understand their current practices regarding filing, consulting and search documents. Finally, I wanted to know what their real needs in terms of services, website architecture,… but also their views and their perception of the site they use now.

URL : http://memsic.ccsd.cnrs.fr/mem_00655746/fr/

Archivage pérenne des fichiers stockés d…

Archivage pérenne des fichiers stockés dans l’archive ouverte HAL :
A partir du 29 mars 2010 l’archivage pérenne des fichiers déposés dans l’archive ouverte HAL est effectué auprès de notre partenaire le CINES(Centre Informatique National de l’Enseignement Supérieur).
Chaque fichier principal du dépôt est copié sur le système d’archivage du CINES – les fichiers contenus en annexe ne sont pas concernés par cette nouvelle fonctionnalité.
Les 140000 dépôts déjà présents sur HAL seront progressivement traités. Les nouveaux dépôts sont envoyés au CINES 3 mois après leur mise en ligne. Un test de validité du fichier pdf est maintenant effectué et une demande de modification est envoyée au contributeur pour qu’il puisse modifier son dépôt en tenant compte des contraintes d’archivage.

URL : http://www.ccsd.cnrs.fr/spip.php?article142