Le livre numérique en bibliothèques, entre absences et attentions. Études des formes de rematérialisation d’offres réputées immatérielles

Auteurs/Authors : Marie Doga, Olivier Zerbib

Comment se dessinent les offres de livres numériques qui sont actuellement ou seront proposées demain aux usagers des bibliothèques ? Si le livre numérique est réputé immatériel, le faire entrer dans les catalogues des bibliothèques exige des opérations qui, quant à elles, s’inscrivent dans des dispositifs sociotechniques, des interactions, des organisations, des savoir-faire ou bien encore des usages loin d’être évanescents.

Ce sont notamment ces allers-retours incessants entre éditeurs, distributeurs, agrégateurs de contenus, médiateurs et usagers, sans oublier les représentants des différentes tutelles nationales ou locales, qui conforment les offres de livres numériques et les usages qui sont susceptibles d’en être faits.

La numérisation bouscule les notions d’acquisition, de fonds documentaires ou bien encore de pérennité d’accès. Comment les professionnels se réapproprient-ils les règles de ce nouveau marché ?

Les institutions publiques que sont les bibliothèques constituent d’excellents observatoires de cette innovation en train de se faire que constitue le livre numérique, cela d’autant plus que cette dernière s’inscrit dans la continuité d’une série d’autres adaptations ayant transformé les bibliothèques durant les dernières décennies.

URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01492516

From publishers to self-publishing: The disruptive effects of digitalisation on the book industry

Authors : Morten Hviid, Sabine Jacques, Sofia Izquierdo Sanchez

This paper explores the structure of the book publishing industry post-digitalisation. We argue that the introduction of successful e-book readers has belatedly given digitalisation the characteristics of a disruptive technology by making self-publishing a serious option for authors.

This has been supported by the entry of new types of intermediaries and the
strengthening of others. These changes have reduced the overall complexities for an author to get a book self-published.

As a result, a larger share of the surplus from the book industry is likely going to authors, explaining the significant increase in the supply of books. The potential over-supply of books has created a new problem by making consumer search more difficult.

We argue that digitalisation has shifted the potential market failure from inadequate supply of books to asymmetric information about quality.

It remains to be seen whether the market will provide appropriate intermediaries to solve the associated asymmetric information problem and, if not, what appropriate interventions should be contemplated.

URL : https://zenodo.org/record/321609/files/CREATe-Working-Paper-2017-06.pdf

How Do You Like Your Books: Print or Digital? An Analysis on Print and E-book Usage at The Graduate School of Education

Author : Dana Haugh

The shift from physical materials to digital holdings has slowly infiltrated libraries across the globe, and librarians are struggling to make sense of these intangible, and sometimes fleeting, resources. Materials budgets have shifted to accommodate large journal and database subscriptions, single-title article access, and most recently, e-book holdings.

This analysis measures the impact of digital acquisitions in an academic setting during a highly transformative period of library practices. The study finds that both electronic and print books are valuable to the academic research community at GSE.

URL : http://commons.library.stonybrook.edu/library_articles/5/

French and US librarians’ Perception Regarding e-Book Reading Data Protection: A Comparative Survey

This paper tackles the e-book reading data protection issue from the library’s point of view. To identify the librarians’ awareness and perception about this topic, the results of a comparative quantitative survey, which has been conducted among the French and American information professionals, will be presented in detail.

This study was designed to provide answers to four main assumptions:

1. Librarians are favourable to users’ data protection and unanimously opposed to reading data exploitation.

2. Librarians are, for the majority of them, unaware of the e-book reading data collection and exploitation practices.

3. They consider that users do not want third parties collecting and analysing their reading data.

4. Collection managers and digital librarians have a better awareness of the topic and are against the exploitation of e-book reading data. They promote data protection more than their colleagues.

After bringing an answer to these hypotheses, this article will summarize the current librarians’ position regarding the e-book reading data protection topic. Finally, it will propose solutions to face the corresponding issues.

URL : French and US librarians’ Perception Regarding e-Book Reading Data Protection: A Comparative Survey

Alternative location : http://irjlis.com/french-and-us-librarians-perception-regarding-e-book-reading-data-protection-a-comparative-survey/

La protection des données de lecture des livres numériques en bibliothèques aux États-Unis et en France : Étude comparative de la perception des bibliothécaires

Quels sont les livres les plus lus ? Quels sont les thèmes les plus recherchés dans une encyclopédie numérique ? Au bout de combien de pages les lecteurs décident-ils d’acheter/emprunter ou abandonner l’ouvrage sélectionné ? Autant de questions auxquelles des réponses précises et chiffrées peuvent dorénavant être apportées.

De par leur offre de livres numériques et le prêt de liseuses/tablettes, les bibliothèques confrontent leurs usagers à cet environnement et donc, indirectement, à la collecte des données de lecture.

Les bibliothèques n’ont-elles pourtant pas pour rôle de permettre aux lecteurs de s’informer et d’avoir accès à tous types de documents de manière anonyme, sans avoir peur d’être jugé ou surveillé ? Ce rôle risquerait-il d’être menacé par la collecte et l’exploitation des données de lecture ?

Pour tenter d’apporter une réponse à ces questions, une définition des données de lecture et une description de leurs caractéristiques seront tout d’abord proposées. Les dangers, mais également les opportunités que représentent la collecte et l’exploitation des données de lecture par les éditeurs commerciaux, les agrégateurs, les gouvernements et les bibliothèques, ainsi que leurs implications sur la vie privée des lecteurs seront ensuite analysés. Une étude des contextes français et états-unien du livre numérique sera également effectuée, axée sur quatre thématiques : le marché de l’e-book dans sa globalité, ainsi que les pratiques de lecture numérique ; le paysage des livres numériques en bibliothèques; l’avis des internautes concernant la protection de leurs données sur le web ; et les aspects légaux relatifs à la protection des données et de la vie privée.

Pour chacun des deux pays, les différentes actions déjà entreprises par les gouvernements, les associations professionnelles et les bibliothécaires pour lutter contre la collecte et la diffusion des données de lecture, seront ensuite décrites.

Dans le but de connaître la perception des professionnels de l’information concernant cette thématique, les résultats d’une enquête quantitative menée auprès des bibliothécaires français et états-uniens seront présentés. Enfin, le rôle des bibliothèques pour la protection des données de lecture sera récapitulé, tandis que des recommandations pratiques à l’usage des bibliothécaires seront proposées, ces suggestions ayant pour but de guider les professionnels souhaitant s’engager à protéger l’anonymat de l’utilisation de leurs livres numériques.

Calliopê.ch : Recommandations pour la mise en place d’une offre de ebooks en bibliothèque

Initié par la Haute École de gestion de Genève, le projet de recherche Calliopê.ch s’est déroulé entre janvier 2014 et juin 2015. Cette étude visait à appréhender la réception et l’usage de dispositifs mobiles de lecture (notamment liseuses et tablettes) en bibliothèque, de manière à formuler des préconisations sur la mise en place d’une offre numérique globale (contenus, organisation des contenus, interfaces, dispositifs de lecture, modalités de prêt).

Mené en partenariat avec l’enssib (école nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques), la Bibliothèque de l’UNIGE (Université de Genève) et la CLP (Communauté de travail des bibliothèques suisses de lecture publique), le projet a abouti à l’élaboration de recommandations basées sur les résultats d’une enquête en ligne et les retours d’expériences d’usagers.

Présentées sous formes de fiches, ces préconisations fournissent des pistes de réflexion et d’actions concrètes aux bibliothèques suisses romandes désireuses d’offrir une collection de livres numériques à leurs usagers. Elles traitent d’une part d’aspects généraux et, d’autre part, de points spécifiques au contexte académique et à la lecture publique.

De nature pratique, elles couvrent à la fois les aspects techniques, fonctionnels, organisationnels et juridiques mais aussi ceux relatifs aux publics et à la communication. L’objectif est de soutenir les bibliothèques dans leur démarche de mise en place d’une offre complète alliant ebooks, dispositifs mobiles et services d’accompagnement nécessaires à leur valorisation et, in fine, à leur appropriation par les publics.

URL : Calliopê.ch : Recommandations pour la mise en place d’une offre de ebooks en bibliothèque

Accessible également sur ArchiveSic : http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_01186706

E-book publishing in Lithuania: the publisher‘s perspective

« Introduction. The aim of the research was to increase understanding of the state of e-book production in Lithuania and collect the data about the opinions of publishers regarding the future of e-books in the country.

Method. A review of similar surveys in other countries was carried out and the research method was based on Winston’s model of innovation diffusion. The questionnaire to publishers was prepared using the models of book publishing and distribution or book circuit developed by Murray and Squires. Data were collected by surveying respondents using paper and online questionnaires.

Analysis. A quantitative descriptive statistical analysis was carried out, while open questions were analysed qualitatively looking for emerging topics.

Results. More than half of active Lithuanian publishers completed the survey. Thirty per cent of those who answered the questionnaire publish e-books, but only six publishers had published a significant number of titles. The overall perception of other actors of the book market, such as libraries, book-sellers and self-publishing authors and others is positive. They are not regarded as a threat. The publishers do not expect rapid and significant growth of e-book market in Lithuania in the near future.

Conclusions. The biggest hindrance to growth is a small size of the market and the lack of an export market for Lithuanian e-books. The demand of users for portable and convenient format and the use of new technologies in the educational system are the two biggest drivers in the development of e-book production. The user preference for traditional printed book is seen as one of the barriers for further development. Lithuanian publishers regard the market of e-books as rather uncertain and do not risk high investments in it. »

URL : http://www.informationr.net/ir/20-2/paper672.html