Openness as social praxis

Authors : Matthew Longshore Smith, Ruhiya Seward

Since the early 2000s, there has been an explosion in the usage of the term open, arguably stemming from the advent of networked technologies — including the Internet and mobile technologies.

‘Openness’ seems to be everywhere, and takes many forms: from open knowledge, open education, open data and open science, to open Internet, open medical records systems and open innovation. These applications of openness are having a profound, and sometimes transformative, effect on social, political and economic life.

This explosion of the use of the term has led to multiple interpretations, ambiguities, and even misunderstandings, not to mention countless debates and disagreements over precise definitions.

The paper “Fifty shades of open” by Pomerantz and Peek (2016) highlighted the increasing ambiguity and even confusion surrounding this term. This article builds on Pomerantz and Peek’s attempt to disambiguate the term by offering an alternative understanding to openness — that of social praxis.

More specifically, our framing can be broken down into three social processes: open production, open distribution, and open consumption. Each process shares two traits that make them open: you don’t have to pay (free price), and anyone can participate (non-discrimination) in these processes.

We argue that conceptualizing openness as social praxis offers several benefits. First, it provides a way out of a variety of problems that result from ambiguities and misunderstandings that emerge from the current multitude of uses of openness.

Second, it provides a contextually sensitive understanding of openness that allows space for the many different ways openness is experienced — often very different from the way that more formal definitions conceptualize it.

Third, it points us towards an approach to developing practice-specific theory that we believe helps us build generalizable knowledge on what works (or not), for whom, and in what contexts.

URL : http://firstmonday.org/ojs/index.php/fm/article/view/7073

Distance informationnelle scientifique : le risque d’une altérité informationnelle ?

Auteur/Author : Christian Marcon

A partir de l’hypothèse selon laquelle les chercheurs et laboratoires qui ne développent pas une politique de mise en ligne de leurs publications et données de recherche se mettent à l’écart du mouvement international d’open data scientifique en accroissant la distance informationnelle avec leurs travaux, cette communication présente les conclusions de l’étude des pratiques des laboratoires en sciences humaines de l’université de Poitiers en matière de données de recherche.

URL : http://revue-cossi.info/numeros/n-1-2017-l-information-la-communication-et-les-organisations-au-defi-de-l-alterite/562-1-2017-revue-marcon

La place des données publiques dans la communication territoriale : le cas des données liées aux transports et déplacements dans la métropole de Grenoble

Auteur/Author : Mouhameth Beye

L’objectif de ce mémoire est d’analyser l’historicité de l’ouverture des données publiques au niveau local précisément à la métropole de Grenoble. Il propose l’analyse de deux corpus relatifs à la mise à disposition de l’information publique locale : le magazine de la métropole de Grenoble de 1996 à 2015 et le portail « open data » de ladite métropole.

Ce présent travail se donnera pour mission de s’interroger sur la temporalité de cette pratique d’ouverture des données publiques matérialisées aujourd’hui par les portails du même nom.

Nous faisons l’hypothèse que l’ouverture des données publiques, au niveau local, constituerait un renouvellement de l’information service, pratique déjà existante historiquement dans les supports de communication des collectivités territoriales et que les transformations qu’elle apporte ne sont pas à la hauteur des discours qui l’accompagnent, faisant de lui une « révolution » dans la manière de gérer l’information publique locale.

Ce travail s’inscrit totalement dans les sciences de l’information et de la communication (SIC) dans la mesure où il questionne l’information publique, partie intégrante de la communication publique.

URL : https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01373242

Towards an open science publishing platform

Authors : Vitek Tracz, Rebecca Lawrence

The way science and research is done is rapidly becoming more open and collaborative. The traditional way of publishing new findings in journals is becoming increasingly outdated and no longer serves the needs of much of science.

Whilst preprints can bring significant benefits of removing delay and selection, they do not go far enough if simply implemented alongside the existing journal system. We propose that we need a new approach, an Open Science Platform, that takes the benefits of preprints but adds formal, invited, and transparent post-publication peer review.

This bypasses the problems of the current journal system and, in doing so, moves the evaluation of research and researchers away from the journal-based Impact Factor and towards a fairer system of article-based qualitative and quantitative indicators.

In the long term, it should be irrelevant where a researcher publishes their findings. What is important is that research is shared and made available without delay within a framework that encourages quality standards and requires all players in the research community to work as collaborators.

URL : Towards an open science publishing platform

DOI : https://dx.doi.org/10.12688%2Ff1000research.7968.1

Effect of Government Data Openness on a Knowledge-Based Economy

Authors : Jae-Nam Lee, Juyeon Ham, Byounggu Choi

Many  governments  have  recently  begun  to  adopt  the  concept  of  open  innovation.  However,  studies  on  the  openness  of  government data and its effect on the global competitiveness have not received much attention.

Therefore, this study aims to investigate the effects of government data openness on a knowledge-based economy at the government level. The proposed model was analyzed using secondary data collected from three different reports.

The findings indicate that government data openness positively affects the formation of knowledge bases in a country and that the level of knowledge base of a country positively affects the global competitiveness of a country.

URL : Effect of Government Data Openness on a Knowledge-Based Economy

Open Data et évolution des frontières numériques de l’entreprise

Auteur/Author : Franck Debos

Nous pouvons observer que le phénomène d’Open Data prend de plus en plus d’ampleur au sein des organisations publiques et privées. Dans ce contexte une stratégie de libération des données va provoquer une extension et une plus grande perméabilité des frontières numériques des entreprises.

Ces données ouvertes vont en effet créer plus d’interactions avec les parties prenantes qui vont s’approprier et faire évoluer la structure et les fonctions de ces entreprises.

Dans une première partie, nous présenterons les grandes lignes de l’Open Data et ses conséquences sur le monde entrepreneurial. Nous illustrerons ensuite nos propos par la présentation et les premiers résultats du projet de recherche OPENRJ (Dispositif PACA Labs) qui vise à construire une fédération d’organisations qui mettent à disposition gratuitement et librement les consommations énergétiques en temps-réel de leurs bâtiments.

URL : https://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_01335475

Où sont les données de la recherche ? : Essai de cartographie

Auteur/Author : Cécile Delay-Artous

La question émergente en France des données de la recherche se situe dans un cadre institutionnel foisonnant mais rigide, délicat à cerner. La recherche est aussi financée et évaluée au niveau européen.

Cette organisation nationale et européenne se double d’un aspect international inhérent à la recherche et aux échanges d’informations rapides et répétés, accélérés par le développement d’Internet.

Le labyrinthe institutionnel franco-européen se superpose ainsi avec le millefeuille international et disciplinaire du monde de la recherche. Enfin, la proximité de deux mouvements qui ne sont pourtant pas synonyme, l’Open Access et l’Open Data, vient encore troubler la compréhension de ce panorama.

Il n’est donc pas aisé de comprendre les rôles de chacun des acteurs quant aux données de la recherche. C’est à une clarification de ce paysage que nous nous proposons de participer, en initiant une cartographie des initiatives et acteurs visibles en France concernant les données des sciences humaines et sociales.

URL : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01369745