D’abord les données, ensuite la méthode ? Big data et déterminisme en sciences sociales

Auteurs/Authors : Jean-Christophe Plantin, Federica Russo

Si les chercheurs en sciences sociales ont depuis longtemps recours à de larges quantités de données, par exemple avec les enquêtes par questionnaire, le recours à des données numériques massives et hétérogènes, ou « big data », est de plus en plus fréquent.

À travers un abandon de la théorie pour la recherche de corrélations, cette multitude de données suscite-t-elle une nouvelle forme de déterminisme ?

L’histoire des sciences sociales indique au contraire que l’accroissement des données disponibles a entraîné un rejet progressif d’une hypothèse déterministe héritée des sciences de la nature, au profit d’une autonomisation méthodologique fondée sur la modélisation statistique.

Dans ce contexte, cet article montre que l’accent mis sur la taille des big data ne signifie pas tant un retour au déterminisme, mais est davantage révélateur du désajustement actuel entre les caractéristiques de ces données massives et les méthodes et infrastructures en sciences sociales.

URL : https://socio.revues.org/2328

Laisser un commentaire