Publications en libre accès en biologie–médecine : historique et état des lieux en 2016

Auteurs/Authors : Christophe Boudry, Manuel Durand-Barthez

L’apparition du mouvement « open access » (libre accès, LA) et des archives ouvertes a bouleversé (et bouleverse encore) l’économie et l’accès aux publications scientifiques. L’objectif de cet article est de réactualiser et compléter les résultats des études antérieures qui ont tenté de quantifier l’importance du LA dans le domaine de la biologie/médecine, par le biais d’un focus sur la base de données bibliographiques PubMed.

Une analyse des publications en LA dans PubMed en fonction de l’origine géographique des auteurs a également été menée (pays et continents) et un certain nombre de paramètres liés au LA (évolution du nombre de journaux en LA, nombre de mandats et d’archives ouvertes par pays et continents) ont également été étudiés et mis en perspective. Les résultats mettent en évidence que les pourcentages d’articles dont le texte intégral et disponible en LA ne cessent de progresser et concernent en 2015, 39,1 % des articles disponibles dans PubMed.

L’analyse géographique des 25 pays les plus productifs et des continents montre une grande variabilité concernant le pourcentage d’articles en LA (de 21,9 % pour l’Italie à 42,08 % pour les États-Unis et de 22,80 % pour l’Océanie à 40,84 % pour l’Amérique du Nord).

Par ailleurs, nos données montrent que le nombre de mandats et d’archives ouvertes n’est pas corrélé de manière significative au pourcentage d’articles en LA au niveau national et continental, confirmant ainsi que les politiques publiques successives ou les mandats relatifs au LA n’ont eu qu’une influence, sinon secondaire, du moins inférieure aux attentes.

La mise en place de mandats plus coercitifs parviendra peut-être à obtenir des effets plus significatifs à plus ou moins long terme. L’augmentation régulière du nombre de journaux en LA, concomitante à l’augmentation avérée du nombre de citations des articles en LA, amplifiera certainement encore l’attrait des auteurs pour le LA.

DOI : https://doi.org/10.1016/j.jemep.2017.02.021

 

 

Laisser un commentaire